WEB1901

 


FORUM


NOS PRATIQUES
Communiquer et travailler grâce au réseau
Mieux comprendre l'internet
S'équiper
S'informer, se former et former à l'internet
Sites web
 


NOUS




PLAN
PLAN

 

> ACCUEIL > NOS PRATIQUES > S'ÉQUIPER

Choisir un fournisseur d'accès


Intermédiaire incontournable de la connexion au réseau Internet, le choix du fournisseur d'accès Internet (FAI, tels que Wanadoo, Free, AOL...) se révèle important pour répondre le mieux possible à ses besoins. Avant de se lancer, un minimum de connaissance et d'effort de comparaison des différents acteurs des télécommunications et des services Internet est indispensable. Les FAI les plus visibles n'étant pas forcément les plus avantageux...

Le secteur des fournisseurs d'accès Internet (FAI) a connu, depuis quelques années, une activité exponentielle. Les services et les coûts proposés par les FAI ont considérablement changé, et l'on observe depuis 2 ans une relative stabilité tarifaire sur le marché de l'accès au Net.

Pour tous les types d'utilisateurs, du particulier à l'association, il convient de bien identifier ses besoins en connexion à Internet et de les mettre tout d'abord en phase avec son matériel informatique (voir fiche " Choisir ses équipements "). Une connexion par ligne téléphonique classique (RTC) ne répond pas aux mêmes besoins et ne correspond pas au même matériel (modem, installation..) qu'une ligne ADSL. Par ailleurs, le choix du fournisseur d'accès peut se révéler beaucoup plus compliqué, ne serait-ce que par le nombre d'opérateurs qui proposent un service similaire.

La bonne vieille ligne téléphonique

La connexion par ligne téléphonique classique (RTC) en bas-débit (1) représente encore en France 90% des connexions Internet privées. Les offres d'abonnement varient entre les FAI, même si seulement 5 fournisseurs se partagent 80 % des abonnés. L'avènement de l'accès Internet gratuit (en payant uniquement les communications locales auprès de son opérateur téléphonique) a permis de faire baisser les offres de services. La formule désormais classique consiste à souscrire un abonnement auprès d'un FAI qui comprend l'accès à Internet et un temps défini de communication téléphonique. Toutes les formules de temps sont disponibles sur ce marché (de 2 h par mois au forfait illimité). Il est donc nécessaire de bien analyser ses besoins en matière de connexion. Mais le choix d'un fournisseur d'accès ne s'arrête pas à la comparaison prix/temps de connexion. Il y a désormais nombre de services et paramètres rattachés qu'il faut comparer. Ainsi, le coût de la minute supplémentaire lors du dépassement du forfait peut varier du simple au double. Les offres diverses comme le nombre maximum de création de boîtes email, l'espace réservé à la création de pages perso, ou bien encore le coût de la minute d'assistance technique par téléphone, peuvent faire l'objet d'une comparaison intéressante dans le choix de son fournisseur.

A noter que le choix d'un opérateur téléphonique privé (9 télécom, Cégétel, Onetel...) proposant des coûts d'appels locaux compétitifs peut tout aussi bien être source d'économie qu'un accès sans engagement auprès d'un FAI gratuit.

Surfer sur la vague à grande vitesse

Les offres d'accès Internet par haut-débit se multiplient, au gré de l'ouverture à la concurrence de France Télécom, et de l'extension de la couverture nationale (80% du territoire français d'ici 2003). Le choix d'une technologie haut-débit, câble ou ADSL, a comme corollaire le choix d'un fournisseur d'accès. Ces offres émanent, en majorité, des Câblo-opérateurs et des principaux FAI nationaux. Le prix de marché des offres grand public se situe autour de 45 euros TTC pour un forfait illimité.

Des sites Internet et des associations sont à la disposition de chacun pour mieux vous aider à faire votre choix, même si actuellement le marché du haut-débit n'est pas saturé d'opérateurs.

D'une manière générale, pour tous les types de connexion, il est capital de bien s'informer sur les conditions du contrat qui lie l'utilisateur à son fournisseur. Les abonnements réservent parfois de mauvaises surprises lors de la rupture du contrat, ou bien même lorsque la période de promotion est dépassée. L'achat ou le prêt du modem haut-débit auprès de l'opérateur est également à prendre en compte dans le contrat. Il est, par ailleurs, important de rester vigilant sur certaines offres d'abonnements par câble qui limitent notamment le volume de données envoyées ou reçues.

Du plus technologique au plus alternatif

Les offres d'accès au Net ne se limitent pas aux offres grand public les plus communes. Les professionnels et entreprises peuvent bénéficier d'une technologie beaucoup plus rapide que le commun des surfeurs. La boucle locale radio (BLR), proposée par des fournisseurs d'accès pour professionnels permet un accès à l'Internet garanti au maximum à 2 Mbits/secondes (un modem RTC permet une vitesse de 56kbits/sec). D'autres technologies utilisant des réseaux mobiles dits de troisième génération permettront également de bénéficier d'accès Internet ultra rapide et mobile pour le public le plus large. L'accès par satellite, UMTS, ou réseau sans fil (Wi-FI), est toujours en cours de construction, ou de régulation (voir encadré).

Dans ce champ très large qu'est l'accès à l'Internet et les différents types de FAI, quelques associations tentent de se battre contre les régulations de l'Etat et les monopoles des grands groupes. Ces militants pour un accès au Net universel et non-marchand ont compris que l'appropriation des technologies de pointe dans ce domaine devient un enjeu capital pour fonder une société civile citoyenne. La plate-forme d'accès Gitoyen, toujours en gestation, devrait répondre aux besoins des collectivités locales et des associations qui souhaitent bénéficier d'un accès haut-débit au prix le plus bas, dans un esprit associatif et militant.

L'association Globenet, membre du collectif Gitoyen, milite également pour un accès libre et anonyme à l'Internet. Cette association, en tant qu'hébergeur et fournisseur d'accès associatif, a décidé de ne pas appliquer les nouvelles règles en matière de conservation des données de ses membres et abonnés (voir fiches sur "la législation - propriété intellectuelle et responsabilité et protection des données personnelles" et sur "la sécurité"). Globenet propose, à ce titre, un accès à l'Internet unique en France, puisqu'il est totalement anonyme et gratuit. Cet abonnement permet à qui le souhaite de se connecter au réseau Internet par ligne téléphonique (RTC ou RNIS), sans avoir à fournir de données personnelles.

Mathieu Vallet

Sites

- http://www.gitoyen.net

- http://www.globenet.org

- http://www.budgetelecom.com Le site de comparaison des prix et des services des opérateurs téléphoniques et Internet.

- http://www.odebi.org Ligue des associations des utilisateurs du haut-débit : le site permet de partager expériences et revendications.

- http://www.dslvalley.com Toutes les informations sur la technologie ADSL et ses prestataires en France.

- http://www.grenouille.com Site de veille technologique sur l'accès haut-débit, avec notamment les performances en temps réel des différents FAI haut-débit.

- http://www.art-telecom.fr Le site de l'Autorité de régulation des télécommunications, la voix officielle en matière d'accès à l'Internet.

- http://www.afa-france.com Les fournisseurs d'accès ont eux aussi leur association, l'AFA, qui fédère les différents acteurs professionnels de l'accès Internet.

Un réseau sans fil à haut-débit reste à partager

Les réseaux informatiques hertziens permettent de partager sans fil les ressources d'un réseau, dont la connexion Internet, entre des ordinateurs distants. Cette technologie, qui utilise la norme Wi-FI, est encore très régulée en France par l'ART (Autorité de Régulation des Télécommunications) et le ministère de la Défense. Ces réseaux sans fil ne sont, pour l'instant, autorisés que dans des entreprises ou lieux privés (comprendre fermés). Cette technologie d'accès et de partage de la connexion Internet à haut-débit devient un enjeu commercial pour les potentiels fournisseurs privés de ce service (bientôt proposés en France dans des lieux publics fermés tels les aéroports ou gares). C'est, dans le même temps, un enjeu non-marchand que veulent promouvoir des associations qui militent pour une législation plus souple. Celle-ci permettrait de connecter librement, sans fil, toute une ville ou une région, dans un esprit communautaire.

Des militants activistes, regroupés au sein de l'association Wireless France, installent en toute illégalité des petits réseaux communautaires (des MAN, Metropolitan Area Network) sur les toits de quelques grandes villes françaises. Ils risquent pour cette activité une peine de 6 mois de prison et 30 000 euros d'amende.

Site de l'association Wireless France : www.wireless-fr.org


Auteur(s) : Mathieu Vallet
Date : 14 février 2003

haut
FORUMNOS PRATIQUESNOUS
[WEB1901] Le site des webmestres associatifs
http://www.web1901.org - equipe⊕web1901.org