WEB1901

 


FORUM


NOS PRATIQUES
Communiquer et travailler grâce au réseau
Mieux comprendre l'internet
S'équiper
S'informer, se former et former à l'internet
Sites web
 


NOUS




PLAN
PLAN

 

> ACCUEIL > NOS PRATIQUES > MIEUX COMPRENDRE L'INTERNET

World Wide Web Consortium - W3C


Petite histoire du HTML

En savoir plus sur le HTML, sa naissance, sa croissance, ses prédateurs et ses protecteurs, ça n'est pas juste de la culture générale : connaître les origines du web et de son langage, c'est l'apprécier et savoir l'utiliser comme un mode de communication universel, et non l'occasion d'un brassage phénoménal de "stock option".

A l'aube des âges farouches, comme dirait Rahan, quand les tapis de souris étaient encore en peaux de bêtes, Internet [1] vivait ses premières heures. C'était, à l'origine, un projet nord-américain de défense stratégique contre les Russes, sous la forme d'un réseau de communication fiable et décentralisé. En 1969, 5 ordinateurs sont reliés, dans le cadre d'un réseau inter-universitaire, et le nombre de ceux-ci grandit lentement. En 1972, est créé le principe du courrier électronique. On a maintenant peine à se figurer l'enthousiasme des informaticiens devant ce nouveau mode de communication. Peu à peu, heureusement, l'Internet se dégage de son berceau militaire pour grandir dans les campus universitaires. En 1981, profitant des réseaux locaux existants, apparaît Usenet, qui favorise la constitution de réseau de forums (ou " groupes de news "). 1986 voit le protocole TCPIP réunir toutes les communautés locales en un Internet planétaire qui comprend, en 1989, environ 60 000 ordinateurs, utilisés à des fins universitaires.

Jusqu'ici tout va bien

Fin 1990, au Centre européen de recherche nucléaire (CERN [2]), situé en Suisse, naît le World Wide Web (ou WWW) qui permet la consultation de documents textes ou images par n'importe quel type d'ordinateur, grâce au langage HTML. Le HTML 1.0 crée la navigation hypertexte, et fonctionne avec un navigateur pour le moins rudimentaire à l'époque. Né dans un contexte universitaire, le langage HTML est initialement créé pour permettre la transmission de " littérature grise ", les documents de travail des universitaires et des chercheurs : il enrichit la présentation du texte grâce à plusieurs niveaux de titre et de sous-titre, des listes et des tableaux, et quelques modifications typographiques élémentaires (gras, italique, citations, retraits de paragraphe, aligné à gauche, à droite ou centré…).

Entre 1993 et 1995, l'Internet (et surtout le web) commencent à faire parler d'eux dans la presse grand public, aux Etats-Unis puis en Europe. Le nombre d'acteurs commerciaux de l'Internet ne cesse d'augmenter (par exemple pour la réalisation de navigateurs) ; 7 millions d'ordinateurs environ sont alors connectés à l'Internet.

La conquête du marché d'un logiciel gratuit…

Le monde coopératif universitaire et scientifique - présent à la naissance du petit - lui avait offert ses lettres de noblesse : le HTML était (et doit rester) un standard ouvert, accessible à tous, et que nul ne doit pouvoir enfermer dans un système propriétaire. Idée neuve mais qui se fera connaître par la suite sous le nom de logiciels " libres ".

Les besoins ont rapidement évolué, que ce soit sous la pression des utilisateurs (les graphistes voulaient pouvoir faire de " jolies " pages, ce sont eux qui ont su tirer parti des tableaux primitifs du HTML pour la mise en page) ou des développeurs de navigateurs (pour s'emparer du marché, il fallait proposer des améliorations spécifiques…). Comment gérer et faire évoluer les normes d'écriture afin que le HTML offre davantage de fonctionnalités tout en restant un standard unique et ouvert ?

En 1994, la réponse donnée à cette question n'est autre que le World-Wide Web Consortium [3] (le " W3C ", pour les intimes). Ce réseau fonctionne sur la base de cotisations versées par les adhérents - environ 500, aussi bien utilisateurs que fournisseurs -, cotisations qui servent à financer (en 1991) 60 permanents, employés par différentes universités (le réseau s'appuie notamment sur le MIT, l'INRIA et l'université de Keio, au Japon). Le W3C met au point des normes et des protocoles (on parle des " recommandations " du W3C) ouverts et libres, dans un souci d'universalité de l'accès (veillant à ce que toutes les machines, systèmes d'exploitation, navigateurs, versions de navigateurs puissent communiquer, envoyer et recevoir la même version d'un message).

Bref, d'énormes sommes d'argent sont actuellement en jeu, pour qui prendra le contrôle des navigateurs (du seul navigateur utilisé par tous ?), et de leur développement. Les deux grands opérateurs actuels, Netscape et Internet Explorer, font assaut de gadgets pour séduire le client. Sauf que ces gadgets sont la propriété de M. Netscape ou de M. Microsoft. Ils proposent de nouvelles fonctionnalités, et tentent parallèlement de les faire intégrer par le W3C dans la norme universelle. Etonnant comme un petit outil gratuit peut générer comme intérêts financiers…

Conforme aux normes

Conclusion : quand vous créez des pages web, pensez donc à l'aube des temps, quand le web servait à relier les gens, et non à enrichir les marchands de logiciels. Vérifiez que votre code HTML est conforme aux normes (on en est au HTML 4), et qu'il n'utilise pas des astuces propriétaires de (c'est à dire visible uniquement par) Netscape ou Internet Explorer, ou l'une des plus récentes versions de ceux-ci. Utilisez les niveaux de titres (H1, H2, H3, etc.) pour structurer votre texte, et non uniquement des définitions de taille, de couleurs ou de graisses [4].

Comment faire ? Vos éditeurs HTML ne vous préviennent pas que les " layers " qu'ils vous proposent appartiennent à Netscape, ou que les feuilles de style (CSS), pour être lues par tous les navigateurs, doivent obéir à une syntaxe précise (celle du W3C précisément), alors qu'Internet Explorer est bien plus laxiste [5]. Alors, testez votre site sur Mac et sur Windows, sur Netscape et sur Internet Explorer, et avec plusieurs versions de ces derniers (actuellement, pour un public occidental, à partir des versions 4 de ces derniers ; pour des sites en direction des pays du Sud, faites encore plus simple, testez avec les versions 3).

Eve Demazière

Sites

- Il existe des sites qui valident votre code HTML, c'est-à-dire qu'ils vérifient qu'il est bien conforme aux normes : http://www.htmlhelp.com/links/validators.htm (en anglais)

- Testez le WDG HTML Validator : http://www.htmlhelp.com/tools/validator (en anglais)

- Le W3C lui-même, avec son HTML Validation Service, inspecte vos pages et pinaille sur toutes les petites erreurs : http://validator.w3.org (en anglais)


Auteur(s) : Eve
Date : 14 février 2003

 
[1] Pour consulter des dates sur l'histoire de l'Internet, voir le résumé de Pierre Mayer : http://www.mayeur.net/iep1999/sea3.html

[2] Site du CERN : http://public.web.cern.ch/public/ "…where the Web was born" : http://public.web.cern.ch/public/about/achievements/www/www.html (en anglais).

[3] http://www.w3.org Une trop brève présentation en français : http://www.w3.org/Consortium/Points/w3c7.fr.htm Et la liste des traductions françaises disponibles des documents W3C : http://www.w3.org/Consortium/Translation/French

[4] Respecter la norme HTML du W3C, c'est aussi permettre aux handicapés visuels de visiter plus facilement votre site. Voir la fiche "Accès des sites web aux personnes non-voyantes".

[5] Méfiez-vous particulièrement des fonctions proposées par FrontPage, développé par Microsoft ; elles fonctionnent principalement avec Internet Explorer.

haut
FORUMNOS PRATIQUESNOUS
[WEB1901] Le site des webmestres associatifs
http://www.web1901.org - equipe⊕web1901.org