[WEB1901] presenter spip

Eric Langevin Eric.Langevin at globenet.org
Jeu 18 Avr 21:52:29 CEST 2002


par Arno



Salut,
>
>Hier, j'ai présenté Spip à un cadre d'un service de ressources humaines.
>Quand j'en suis arrivé à la présentation des raccourcis typo, la personne 
>m'a répondu:
>"Oui mais tu sais ici, on n'a pas le temps de se mettre à un langage 
>informatique".
>Il est à noter que je ne lui avais pas encore parlé de la question des 
>liens hypertextes.
>C'est pas gagné staffaire !


Si ça peut servir...

Quand je présent SPIP, j'évite justement de parler d'office des raccourcis 
(encore moins du HTML), j'y vais progressivement, et généralement c'est une 
question de l'audience qui permet d'introduire le principe en douceur...

(1) Pour commencer, dire simplement que pour mettre en page un document 
dans SPIP, c'est comme envoyer un email:

- il suffit de laisser une ligne blanche (vide) pour changer de paragraphe;
- "mais en plus", ça se charge automatiquement de faire une typographie 
française avec les espaces devant les points d'exclamation, les 
points-virgules...

Là, à priori, ils sont contents, parce que c'est justement ce qui effraie 
dans la perspective de faire du Web ("ça doit être compliqué").

(2) Généralement, question:
"Alors on n'a pas besoin d'apprendre le HTML pour écrire des articles?"

Grand sourire
- Evidemment, non, ça n'est pas nécessaire. Là certains sont contents.
- En revanche, préciser qu'on peut, si on connait déjà le HTML, en utiliser 
si on veut (ne jamais oublier ceux qui ont investi du temps dans un 
apprentissage, et que ça fait toujours chier que les autres arrivent au 
même résultat sans passer par cet investissement :-))

(3) Là, démonstration. Faire un copier-coller depuis un texte "brut" (genre 
un email, un court texte Word...) et valider sans aucune retouche.

Avec un minimum de chance, la mise en page est déjà parfaite (parce que la 
plupart des gens sautent des lignes pour faire des paragraphes dans 
Word...). Avec encore un peu de chance, y'a même des tirets en début de ligne.

M'enfin, histoire de montrer, faire une petite retouche minimale, 
simplement en laissant des lignes vides aux bons endroits, éventuellement 
en ajoutant deux tirets.

Là, admirer le résultat... :-) Insister sur les espaces insécables ajoutés 
un peu partout...

(4) S'il y a des gens compétents en informatique, faire une apparté, et 
montrer le code source du résultat. Histoire de montrer que ça génère bien 
du HTML propre. Pour des bons techos, bien montrer qu'il y a des feuilles 
de style insérées automatiquement (<p class="spip">, je crois). Ca les 
convainc de la souplesse qu'ils auront (mais n'utiliseront jamais) sur 
l'interface.

(5) Et c'est seulement là qu'on introduit les raccourcis. Généralement, 
c'est une question qui arrive:
"Oui mais est-ce qu'on peut mettre en gras, faire des liens hypertexte... 
faut du HTML, là, non?"

Réponse en deux temps:
- d'abord répondre à nouveau que, _si on veut_, on peut utiliser du HTML 
(encore une fois, il n'est pas nécessaire du tout de mettre <HTML></HTML> 
dans son texte pour insérer du HTML. Ce code sert uniquement dans des cas 
très spécifiques, tels que: - afficher du code source, - afficher dans son 
article les raccourcis SPIP, genre pour une doc... pour le html "standard", 
ça n'est pas nécessaire, car le traitement de SPIP n'interfère pas avec lui);
- et là, présenter rapidement les raccourcis SPIP. Dans l'ordre:
a. le gras et le souligné (les plus simples et les plus pratiques);
b. les intertitres (montrer que c'est vraiment facile de mémoriser {}, 
{{}}, {{{}}})
c. les liens hypertexte
Toujours montrer le résultat.
Signaler qu'il y a d'autres raccourcis très pratiques (notes de bas de page 
notamment), mais inutile de s'apesantir.

(6) Conclusion de cette partie de la présentation:
- pour des besoins "simples", généralement un simple copier-coller suffit 
pour que déjà on puisse publier. Pour publier une masse de documentation, 
ça suffit amplement, d'autant que la typographie française est automatique;
- pour ceux qui ont des besoins de mise en page un peu plus chiadés, il y a 
des raccourcis mnémotechniques simples;
- ceux qui aiment le HTML peuvent continuer à l'utiliser...

Pour ouvrir sur l'aspect: complémentarité, logiciel libre (enfin, faire 
rêver quoi), on peut évoquer rapidement le fait que "des utilisateurs de 
SPIP ont développé une macro pour Word qui transforme automatiquement la 
mise en page d'un document Word pour le recopier dans SPIP". Pas trop la 
peine de développer, mais ça fait rêver... (attendre une question pour voir 
si ça intéresse cet auditoire).

=====

Dans l'ensemble, ne jamais balancer l'ensemble des fonctionnalités de SPIP, 
histoire d'impressionner, parce qu'au contraire ça donnerait une impression 
de complexité (qui est l'a priori qu'a déjà d'un auditoire qui découvre la 
publication sur le Web); au contraire, toujours insister sur la simplicité 
(on fabrique des rubriques, dans lesquelles on écrit des articles, voilà 
c'est tout. Si on commence par dire qu'il y a des rubriques dans une base 
de données, qu'elles sont structurées de manière hiérarchique, quand on en 
déplace une tout se déplace avec, et là on peut y mettre des articles, des 
brèves, des sites référencés, ah oui en plus y'a des logos, et puis faut 
bien penser que dans la base de données... mais en fait c'est 
automatique... là tout le monde a peur...), et introduire progressivement 
les fonctionnalités. En règle général, justement, les questions de 
l'auditoire permettent de présenter les fonctionnalités non pas comme des 
trucs compliqués, mais comme des réponses simples à des besoins exprimés. 
Et là, c'est un vrai plaisir: si vous faites "On peut faire ceci, ceci, 
cela, et aussi ça, puis encore ça...", la liste effraie. Si vous dites 
"Tout bêtement, on tape le texte de son article et il est publié", le gens 
comprennent que c'est simple, puis rapidement quelqu'un demande "Oui mais 
si je veux mettre en gras, en italique..." et hop, la fonctionnalité est 
alors présentée comme une réponse à son besoin, donc il la mémorise bien, 
car il sait qu'il en a besoin.

ARNO*









--

Le Scarabée : http://www.scarabee.com
uZine 2 :        http://www.uzine.net

DH/DSS, 0x11930F0B, DEEB 602D B344 644B AF88  BF73 85F4 2297 1193 0F0B