[Web1901] questions sur l'animation de reseau

Jonathan Dupart jonathan at globenet.org
Mer 20 Juin 00:10:15 CEST 2001


Le Fri, Jun 15, 2001 at 07:21:33PM +0200, Yeba ecrivait :
> 
> Yebaaa !  Aïôôôliii !
> 
> le 14/06/2001 17:02, Eric Langevin (Eric.Langevin at globenet.org) a écrit :
> > - Faut-il établir des choix technologiques en fonction du groupe ciblé?
>
> Certainement !  Sinon ça exclurait forcément une partie du groupe. A moins
> d'engager une action de formation spécifique, le bon sens impose de se
> limiter au plus petit dénominateur commun en matière de technologie.

Les choix sont essentiellement en terme d'interface, par contre, il ne
faut a mon avis pas essayer de rendre quelque chose "trop simple".

L'utilisation de l'outil informatique exige un apprentissage, comme tous
les outils. En essayant de supprimer cet apprentissage, on court le
risque de diminuer les capacités d'un outil et de le brider.

Après, c'est la question éternelle du juste milieu.

Par exemple, pour les Globenetiens, l'interface de gestions des mailing
list de Mailman, qui est trop complexe et trop complète pour la majorité
des gens, mais qui pose des problèmes dès qu'on veut faire, justement,
des taches complexes (réplication de la configuration d'une liste,
récupération de la liste des abonnés dans un format exploitable).

C'est l'exemple type du logiciel qui en même temps ne satisfait pas les
techniciens et les utilisateur ... tout en partant de l'idée de faire
plaisir a tout le monde.

> le 15/06/2001 15:11, Rollinde (rollinde at tacyte.org) a écrit :
> > - l'existence d'outils techniques simples et conviviaux tant cote animation
> > que utilisation : pour lancer le debat et etre provocateur, dans le secteur
> > associatif, il y a un decalage troublant entre une technique "solidaire"
> > ("logiciels libres") et une pratique solidaire de l'echange (besoin d'outils
> > conviviaux, simples, appropriables par tous). Qui sera médiateur entre ces
> > deux mondes ?
> 
> Les logiciels libres sont supers mais rarement adaptés à une cible
> spécifique : faut ratisser vraiment large pour rassembler quelques bénévoles
> motivés sur un projet open source. Donc, pour disposer d'outils simples,
> efficaces et ciblés, faut des sous. C'est comme pour les sportifs : en les
> voyant faire, on croirait presque que c'est super simple, alors que ça
> représente un travail monstrueux.

C'est plus simple encore : les logiciels libres sont créés par leurs
utilisateurs. Comme les gens capable de créer leurs propres logiciels
travaillent et on en général de besoins et des points de vue assez
éloignés de l'être humain normalement constitué, ca produit presque
exclusivement des logiciels inutilisables par les utilisateurs "standart".

Les logiciels libres "conviviaux" (entre guillemets parce que
convivialité pour l'utilisateur est souvent synonyme de problèmes et de
non convivialité pour le technicien) sont effectivement a l'heure
actuelle majoritairement développés par des sociétés privées, esperant
vendre du service au grand public grace a des systèmes plus accessibles.

-- 
Jonathan